[ REMARQUE: Ceci est une version mise à jour et révisée d'un article qui a été initialement publié sur mon autre blog pas si secret mercredi. La vidéo d'origine sur YouTube qui est devenue virale a été supprimée par la plate-forme, et Facebook a annoncé qu'elle la supprimait également pour diffuser des informations erronées sur COVID-19. Mon message d'origine est également devenu viral, et le trafic entrant qui en a résulté a bloqué de manière impressionnante mes modestes capacités d'hébergement à plusieurs reprises de mercredi soir à hier, jusqu'au service d'hébergement et je l'ai finalement maîtrisé en réduisant le blog à un modèle simple et désactiver presque tous les plugins autres que le plugin de commentaire anti-spam. Je paie mon blog personnel avec mon propre argent, ce qui signifie que je ne peux pas me permettre de faire du porc sur un compte d'hébergement d'entreprise. En revanche, SBM a un plan d'hébergement beaucoup plus robuste et devrait donc être en mesure de gérer la charge si cette version mise à jour de la publication obtient également beaucoup de trafic.]

À ce jour, vous avez presque certainement entendu parler ou vu une «bande-annonce» d'un «long métrage documentaire» intitulé Plandemic qui est prévisualisée par la sortie d'une «série de vignettes», le dont le premier a été publié hier. La vidéo YouTube est devenue virale pendant deux jours, se répandant sur tous les réseaux sociaux au point qu'il était presque impossible de l'éviter, avant que YouTube et Facebook ne la suppriment pour avoir diffusé de fausses informations dangereuses sur COVID-19. D'après le nom, vous pouvez dire que cette vidéo est une fête de conspiration d'un «documentaire», faisant valoir que la pandémie actuelle de COVID-19 était en quelque sorte planifiée. Nous y reviendrons sous peu. La «star» de ce premier segment de plandémique est Judy Mikovits, une virologue en disgrâce qui a fait sensation en 2009 lorsqu'elle a en quelque sorte publié un horrible article dans Science concluant que le syndrome de fatigue chronique est causée par un rétrovirus, XMRV. Pendant longtemps, elle était une célébrité mineure en matière d'antivaccins se présentant dans des confabs antivax comme Autism One et étant interviewée par divers activistes antivaccins. Maintenant, comme c'est le cas avec beaucoup de manivelles et d'antivaxxers, Mikovits a sauté sur le train du complot COVID-19.

Voici la bande-annonce, qui comprend la vidéo, auto-hébergée apparemment. Le texte de présentation pour ce film est tout simplement bonkers:

L'humanité est emprisonnée par une pandémie meurtrière. Des gens sont arrêtés pour avoir surfé dans l'océan et médité dans la nature. Les nations s'effondrent. Des citoyens affamés se débattent pour se nourrir. Les médias ont généré tellement de confusion et de peur que les gens implorent le salut dans une seringue. Des propriétaires de brevets milliardaires font pression pour des vaccins obligatoires à l'échelle mondiale. Quiconque refuse de se faire injecter des poisons expérimentaux se verra interdire les voyages, l'éducation et le travail. Non, ce n'est pas un synopsis pour un nouveau film d'horreur. Telle est notre réalité actuelle.

Non, des gens sont arrêtés pour surpopulation et refusent suffisamment la distance sociale. Pour l'instant, je n'ai vu aucun pays s'effondrer à cause de COVID-19, bien qu'il soit certainement possible que cela se produise si un pays instable est suffisamment stressé. Quant aux «propriétaires de brevets milliardaires», on se demande à qui le cinéaste fait référence, on le fait. (OK, vous savez probablement que c'est Bill Gates, dont le plaidoyer pour la santé publique et les vaccins a fait de lui l'une des personnes les plus vilipendées qui existent pour la foule de conspirateurs de chapeau de papier d'aluminium, en particulier le contingent d'antivaccins. Fondamentalement, pour eux, il est un pull- portant Dark Vador, Lord Sauron et Voldemort tous réunis en un seul, sauf qu'il travaille dans les coulisses comme Frank Underwood dans les deux premières saisons de House of Cards avant de devenir président pour nous asservir tous avec vaccins et produits pharmaceutiques.)

Le film remonte hardiment la rivière de la pseudoscience et plus profondément dans le territoire de la conspiration du chapeau en papier d'aluminium:

Au début des années 1900, le premier milliardaire américain, John D. Rockefeller, a acheté une société pharmaceutique allemande qui aiderait plus tard Hitler à mettre en œuvre sa vision basée sur l'eugénisme en fabriquant des produits chimiques et des poisons pour la guerre. Rockefeller voulait éliminer les concurrents de la médecine occidentale, alors il a soumis un rapport au Congrès déclarant qu'il y avait trop de médecins et d'écoles de médecine en Amérique, et que toutes les modalités de guérison naturelles étaient du charlatanisme non scientifique. Rockefeller a appelé à la normalisation de l'enseignement médical, selon laquelle seule son organisation serait autorisée à accorder des licences de faculté de médecine aux États-Unis. C'est ainsi qu'a commencé la pratique des médicaments immunosuppresseurs, synthétiques et toxiques. Une fois que les gens étaient devenus dépendants de ce nouveau système et des drogues addictives qu'il fournissait, le système est passé à un programme payant, créant ainsi des clients à vie pour les Rockefeller. Actuellement, l'erreur médicale est la troisième cause de décès aux États-Unis. L'arme secrète de Rockefeller pour réussir était la stratégie connue sous le nom de «solution-réaction-problème» Créez un problème, augmentez la peur, puis proposez une solution pré-planifiée. Cela vous semble familier?

Flash avant 2020…

Ils l'ont nommé COVID19. Nos dirigeants de la santé mondiale ont prédit que des millions de personnes mourraient. La garde nationale a été déployée. Des hôpitaux de fortune ont été construits pour soigner un débordement massif de patients. Des fosses communes ont été creusées. Des nouvelles terrifiantes ont amené des gens partout dans le monde à chercher un abri pour éviter tout contact. Le plan se déroulait avec une précision diabolique, mais les maîtres de la pandémie sous-estimaient une chose… le peuple. Les professionnels de la santé et les citoyens partagent quotidiennement des informations essentielles en ligne. Les suzerains des grandes technologies ont ordonné que toutes les voix dissidentes soient réduites au silence et interdites, mais ils sont trop tard. Les masses endormies sont éveillées et conscientes que quelque chose ne va pas. La quarantaine a fourni l'élément manquant: le temps. Soudain, nos citoyens surmenés ont amplement le temps de rechercher et d'enquêter par eux-mêmes. Une fois que vous voyez, vous ne pouvez pas voir.

Je donnerai au réalisateur le mérite de… l'imagination… d'avoir remonté jusqu'à John D. Rockefeller comme à l'origine du complot diabolique qui a culminé un siècle plus tard dans la pandémie de COVID-19. À ce stade, je ne peux m'empêcher de mentionner que l'erreur médicale n'est pas pas la troisième cause de décès. Pas même près. C’est un mythe qui ne mourra tout simplement pas. (Il est de mon devoir de le signaler chaque fois que quelqu'un perroquets cette idiotie.)

J'adore ce dernier paragraphe. C'est exactement pourquoi les gens sont enclins aux théories du complot. Une bonne théorie du complot fait du croyant un héros, un guerrier aux connaissances secrètes dont les autres «moutons» ignorants ne sont pas au courant, contre les forces puissantes qui se dressent contre lui. Une bonne théorie du complot a presque toujours une partie à la fin dans laquelle le «peuple» (dans ce cas, les gens qui croient à la théorie du complot) «se réveillent» et voient ce qui est «supprimé» par les forces puissantes qui cherchent à les garder ignorant. De telles théories du complot font que le croyant se sent spécial et courageux d'avoir des connaissances secrètes et de se battre pour le rendre public, mais fournit également une explication pour les mauvaises choses qui se produisent dans le monde. Oui, la théorie du complot dans Plandémique est tout à fait ridicule pour ceux d'entre nous qui connaissent la science, la médecine et l'histoire, mais la plupart des gens ne connaissent pas la science, la médecine et l'histoire pertinentes. Pour eux, cela semble plausible.

Judy Mikovits incarnée par Mikki Willis

Nous arrivons maintenant à Judy Mikovits, qui est dépeinte dans le clip ci-dessus comme le genre de brave scientifique non-conformiste et de conteur de vérité dont toute bonne théorie du complot a besoin, une femme avec des connaissances cachées qui combat des forces puissantes sombres cherchant à «la faire taire» ". Ce qui est triste, c'est qu'à un moment elle était une scientifique décente, contrairement à certains autres scientifiques légitimes devenus des manivelles anti-vaccins, comme Christopher Shaw, Christopher Exley, Jeffrey Lyons-Weiler et Andrew Wakefield, qui n'étaient presque certainement jamais de très bons scientifiques avant même transformé en manivelles.

Avant de me plonger dans le clip et l'histoire de Judy Mikovits, j'ai dû me pencher sur le cinéaste. Curieusement, je n'ai pas vu son nom, Mikki Willis, sur le site Web Plandemic bien qu'un tas de vidéos YouTube soient apparues à la fin de la bande-annonce le présentant. Une recherche rapide sur Google a révélé que Willis est un réalisateur qui a fondé Elevate, une société de cinéma qui prétendument faire des «médias transformateurs». (Les films sur la théorie du complot sont transformateurs, mais pas dans le bon sens, je suppose. Regardez simplement VAXXED . Je reçois une ambiance distinctement Del Bigtree.) Willis est aussi grandiose:

Le 11 septembre 2001 marque un tournant dans la vie et la carrière de Mikki Willis. Ayant pénétré dans les tours jumelles quelques heures avant leur chute, il a aidé à organiser un groupe de civils qui est resté à Ground Zero pendant 3 jours pour aider aux efforts de recherche et de sauvetage. C'est au sommet des décombres du World Trade Center que la vision de l'élévation est née.

Hmmm. Je me demande si c’est là que le penchant de Willis pour les théories du complot est né. Une lecture de sa filmographie sur IMDb révèle un penchant certain pour woo, cependant, avec un film intitulé The Rub of Attraction sur The Secret, Dix secondes à minuit (qui semble être environ la fin du monde en 2012 prédit par le calendrier maya) et The Shadow Effect avec Deepak Chopra, Marianne Williamson, James Van Praugh et Mark Victor Hansen.

Retour à la bande-annonce.

Dès le début, Mikovits est présenté comme un grand scientifique ("l'un des scientifiques les plus accomplis de sa génération") qui a été diabolisé et exilé du monde de la science par la grande pharma et les gardiens dogmatiques de la science après avoir a rapporté quelque chose dont «ils» ne voulaient pas que vous sachiez. (Un «article à succès dans la revue Science» qui aurait découvert que «l'utilisation courante des tissus animaux et fœtaux déchaînait des fléaux dévastateurs de maladies chroniques.» J'entrerai dans les détails un peu dans un instant.) C'est un familier nauséabond. récit exagéré, avec une musique menaçante et une voix off oh-so-sérieuse, comme Mikovits est montré marchant et parlant avec Willis. La voix off entonne: «Pour avoir dévoilé leurs secrets mortels, les sbires des grandes sociétés pharmaceutiques ont fait la guerre au Dr Mikovits, détruisant son nom, sa carrière et sa vie personnelle». (Sérieusement, c'était tellement exagéré que j'ai vraiment ri quand je l'ai entendu, et je n'étais que moins d'une minute dans la vidéo.)

La voix off continue:

Maintenant que le sort des nations est en jeu, le Dr Mikovits nomme des noms et dans le fléau de la corruption qui met toute la vie humaine en danger.

La réalité est, comme vous le verrez, bien différente.

Dr. La carrière de Judy Mikovits avant le complot

Voyons d'abord la carrière scientifique du Dr Mikovits avant la manivelle. Disons simplement que son parcours a été… embelli. Wikipédia note qu'au début de sa carrière, après avoir obtenu un baccalauréat ès sciences en chimie avec une spécialisation en biologie à l'Université de Virginie en 1980, Mikovits s'est rendue au National Cancer Institute en 1980, où elle a travaillé comme chercheuse au laboratoire de Francis «Frank» Ruscetti, développant des méthodes de purification de l'interféron alpha. (Pour ceux d'entre vous qui s'opposent à l'utilisation de Wikipedia pour n'importe quoi, notez que ce n'est qu'un point de départ, et j'ai examiné bon nombre des principales sources liées à l'article et les ai utilisées chaque fois que possible.)

Mikovits a également brièvement travaillé chez Upjohn Pharmaceuticals à Kalamazoo, MI pour développer des méthodes de production pour garantir que les matériaux biologiques fabriqués à partir de produits sanguins humains étaient exempts de contamination par le VIH-1. Étant donné qu'elle n'avait qu'un baccalauréat, cela me dit qu'elle travaillait comme technicienne dans le laboratoire du Dr Ruscetti. Elle a finalement obtenu un doctorat dans un programme conjoint de biochimie et de biologie moléculaire à l'Université George Washington en 1992, sa thèse de doctorat étant intitulée «Régulation négative de l'expression du VIH dans les monocytes». Je note que Mikovits et ses admirateurs affirment souvent que sa thèse de doctorat «a changé le traitement du VIH-SIDA» mais ont eu du mal à trouver des preuves que c'était le cas ou que sa thèse était un tel «changeur de jeu». Tout simplement, elle a travaillé dans le laboratoire du Dr Ruscetti, a fait du bon travail, mais n'a jamais été une «brillante» scientifique, encore moins «l'une des scientifiques les plus accomplies de sa génération». Elle a 34 publications dans PubMed, pour lesquelles elle n'est le premier auteur que sur huit et l'auteur correspondant sur seulement quatre, un seul d'entre eux de son temps au NIH.

Cette entrée archivée dans la Wayback Machine de 1998 la décrit ainsi:

Dr. Mikovits a obtenu son doctorat. en biochimie et biologie moléculaire de l'Université George Washington. Ses recherches doctorales ont porté sur la latence du VIH-1 sous la direction de Francis Ruscetti. Le Dr Mikovits a effectué des travaux postdoctoraux sur la génétique moléculaire du HTLV-1 sous la direction de David Derse au National Cancer Institute-FCRDC.

Les mécanismes par lesquels les rétrovirus humains modifient la fonction du système immunitaire et d'autres réponses de l'hôte entraînant une pathogenèse ne sont pas bien compris. L'objectif actuel de nos études est de définir les facteurs viraux et cellulaires impliqués dans la pathogenèse. Plus précisément, nous avons examiné les facteurs viraux et cellulaires impliqués dans la régulation de l'infectiosité et de l'expression du VIH, la mort cellulaire et les mécanismes de dysfonctionnement immunitaire. À cet égard, nous et d'autres avons montré que l'expression du VIH-1 dans les monocytes et les lymphocytes T auxiliaires peut être réduite au silence et que cette latence peut être surmontée à la fois par l'activation immunitaire et l'hypométhylation. Des études sur le SIV et l'infection au VIH dans les ganglions lymphatiques indiquent que la capacité de l'hôte à contrôler la charge virale est prédictive de la progression de la maladie. L'importance des réservoirs latents est soulignée par des études récentes montrant des patients chez lesquels le virus plasmatique est réduit à des niveaux indétectables après un traitement antirétroviral triple médicament très actif, mais peu de temps après l'arrêt du traitement, des titres viraux élevés sont à nouveau détectés, suggérant l'existence de réservoirs à longue durée de virus latent . Par conséquent, nous avons concentré nos efforts sur l'examen de l'infectiosité du VIH-1 et du HTLV-1 et sur la définition des cytokines et d'autres mécanismes cellulaires impliqués dans le maintien d'un équilibre entre l'expression rétrovirale humaine et la latence.

Ceux d'entre vous qui savent ce que cela signifie peuvent voir qu'elle a fait ce qui semble être du bon travail. Ceux d'entre vous qui savent comment fonctionne la science savent également que, depuis 1998, Mikovits n'était jamais devenu indépendant. Elle n'était pas enquêteuse principale. Elle travaillait dans un laboratoire d’enquêteur principal supervisé par ce PI. Pour autant que je sache, elle n'a jamais été chercheuse indépendante au NIH. En fait, elle est partie en 2001 pour se marier (plus à ce sujet dans un instant).

La descente dans le marchandage de complot commence

Il y a un article du New York Times de 2009 qui reprend l'histoire de Judy Mikovits en décrivant les résultats que Mikovits a publiés. À l'époque, elle était directrice de recherche pour l'Institut Whittemore-Peterson pour les maladies neuro-immunes, une organisation à but non lucratif à Reno, NV fondée récemment par les parents d'une jeune femme atteinte du syndrome de fatigue chronique, Andrea Whittemore-Goad, en 2006. Il est intéressant de noter comment Mikovits a été recruté par Harvey et Annette Whittemore pour devenir le directeur de leur institut:

Elle et son mari avaient les moyens, les connaissances et les relations. Ce sont des promoteurs immobiliers et des copropriétaires d'une société gazière et d'une boisson énergisante, et ils détiennent des intérêts dans d'autres entreprises. M. Whittemore est également avocat et lobbyiste. À partir de l'automne 2004, ils ont investi 5 millions de dollars de leur propre argent dans la création d'un institut à la faculté de médecine de l'Université du Nevada. Ils ont également persuadé le gouverneur et la législature de l’État d’engager 10 millions de dollars pour un nouveau bâtiment qui abriterait les chercheurs de l’Institut et une clinique, ainsi que des scientifiques de l’université et du Nevada Cancer Institute. La recherche a commencé en 2006 et une clinique pour les patients devrait ouvrir dans environ un an.

Plutôt que de distribuer de l'argent à des chercheurs éloignés, les Whittemores voulaient employer leurs propres scientifiques qui seraient consacrés à plein temps à la cause. Au printemps 2006, ils ont rencontré la Dre Judy A. Mikovits, une experte en virus qui avait passé 22 ans à travailler au National Cancer Institute. Elle avait quitté l'institut en 2001 pour se marier et déménager en Californie, où elle est allée travailler pour une société de développement de médicaments qui a échoué. Elle tenait un bar dans un club de yacht quand un patron a dit que son discours constant sur les virus lui rappelait quelqu'un qu'il connaissait au Nevada. Cette personne était une amie d'Annette Whittemore. La Dre Mikovits s'est rapidement retrouvée à une conférence sur le syndrome de fatigue chronique.

Je trouve plutôt… intéressant… que les Whittemores aient recruté un scientifique qui n'avait pas travaillé dans le domaine depuis cinq ans et qui travaillait apparemment sur des thérapies contre le cancer dans une petite entreprise de développement de médicaments et un bar de garde à l'époque pour diriger un institut dans lequel ils versaient des millions de dollars. Cela est particulièrement vrai pour moi étant donné que le syndrome de fatigue chronique est une maladie dont la cause a longtemps échappé aux scientifiques au point que certains se demandent s'il s'agit d'un véritable diagnostic pour un seul syndrome. Pour réussir à résoudre un problème dont la réponse a échappé aux scientifiques pendant des décennies, il faut un excellent scientifique. Choisir quelqu'un comme Mikovits ne semblait guère être une bonne recette pour réussir! C'est bien sûr le problème des instituts privés dirigés par de riches philanthropes. Si les philanthropes sont obsédés par une idée, ils embaucheront des gens et financeront des recherches à la recherche de preuves à l'appui de cette idée. Mikovits avait un outil, un marteau (dans ce cas, son étude des virus pendant deux décennies), et donc chaque problème (dans ce cas, le syndrome de fatigue chronique) était un clou. En lisant entre les lignes, j'ai l'impression que les Whittemores ont été pris avec l'idée que le SFC était causé par un virus, conduisant à l'embauche de Mikovits.

Quoi qu'il en soit, après avoir rencontré le Dr Daniel L. Peterson, qui a décrit comment certains de ses patients atteints du syndrome de fatigue chronique ont développé une forme rare de lymphome, une observation qui a conduit Mikovits à conclure qu'il devait s'agir d'un rétrovirus à l'origine du SFC. Le résultat:

Dr. Mikovits a commencé à relier les points presque immédiatement. Elle savait que certains patients atteints du syndrome de fatigue chronique et certains hommes atteints d'un cancer de la prostate avaient une certaine déficience enzymatique. Et elle savait également que des échantillons de tissus d'hommes atteints de cancer de la prostate avaient été trouvés pour héberger un rétrovirus appelé XMRV, pour le virus lié à la leucémie murine xénotrope. Elle a commencé à travailler à temps partiel avec l'institut et, à l'automne 2006, les Whittemores l'avaient embauchée comme directrice de recherche. L'un de ses premiers projets a été de rechercher le XMRV dans des échantillons de sang de personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique et de sujets témoins sains.

Beaucoup d'échantillons provenant de patients atteints du syndrome – 68 sur 101, soit 67% – étaient infectés, ont-elle rapporté avec ses collègues dans Science. Seulement 3,7% des témoins sains étaient porteurs du virus. Le XMRV, selon les scientifiques, peut provoquer ou au moins contribuer au syndrome de fatigue chronique. D'autres tests ont trouvé le virus dans 90 des 101, a déclaré le Dr Mikovits.

XMRV est un rétrovirus de souris, mais "xénotrope" est appliqué car il peut se répliquer dans les cellules d'autres animaux. Une alerte de spoiler ici est de mise. Le document de Mikovits a finalement été retiré deux ans plus tard, mais au moment où il a été publié dans Science et a essoufflé dans des articles dans les médias grand public comme NYT article que j'ai cité et cet autre article.

Comment la rétraction s'est-elle produite? Premièrement, il y avait un certain nombre de critiques des méthodes de Mikovits, qui étaient mal décrites, et trois études indépendantes tentant de reproduire ses résultats n'ont pas réussi à trouver des preuves de XMRV chez des témoins sains ou des patients atteints de SFC. Une étude sur neuf centres a été lancée pour tenter de confirmer les résultats préliminaires de l’étude de Mikovits. Des échantillons de sang répliqués codés provenant de 15 sujets précédemment déclarés positifs au XMRV (14 avec le SFC) et de 15 donneurs sains précédemment jugés négatifs pour les virus ont été distribués en aveugle à neuf laboratoires, qui ont effectué des tests conçus pour détecter le XMRV acide nucléique, réplication virale et anticorps. Les résultats ont été décevants. Seuls deux laboratoires ont rapporté des preuves du virus, mais les résultats des échantillons répliqués n'étaient pas d'accord et il n'y avait pas de différence de détection entre les sujets du SFC et les témoins négatifs sans SFC. Science a publié une expression éditoriale de préoccupation, notant:

Depuis lors, au moins 10 études menées par d'autres chercheurs et publiées ailleurs ont signalé un échec à détecter le XMRV dans des populations indépendantes de patients atteints du SFC. Dans ce numéro, nous publions deux rapports qui soutiennent fortement l'opinion croissante selon laquelle l'association entre XMRV et CFS décrite par Lombardi et al. reflète probablement la contamination des laboratoires et des réactifs de recherche par le virus. Dans un rapport, «Origine recombinante du rétrovirus XMRV» (2), T. Paprotka et al. retracer l'ascendance du XMRV et fournir des preuves que le virus est apparu lorsque deux virus de leucémie de souris ont subi une recombinaison lors du passage expérimental d'une xénogreffe de tumeur de la prostate chez la souris dans les années 1990. Une combinaison d'analyses de séquençage, de phylogénétique et de probabilités conduit Paprotka et al. de conclure que la contamination en laboratoire par le XMRV produit par une lignée cellulaire (22Rv1) dérivée de ces premières expériences de xénogreffe est l'explication la plus probable de la détection du virus dans des échantillons de patients. Dans l'autre rapport, «Aucune preuve de gammaretrovirus de type murin chez des patients atteints de SFC précédemment identifiés comme infectés par le XMRV» (3), K. Knox et al. ont examiné des échantillons de sang de 61 patients atteints du SFC provenant du même cabinet médical qui avait fourni des échantillons de patients à Lombardi et al. Des analyses complètes par Knox et al. pour les acides nucléiques viraux, les virus infectieux et les anticorps spécifiques au virus n'ont révélé aucun signe de XMRV dans aucun des échantillons.

En d'autres termes, le XMRV est presque certainement le résultat d'un événement de recombinaison dans les années 1990 dans différentes lignées cellulaires de cancer de la prostate cultivées chez des souris immunodéficientes. Mikovits a presque certainement fondé sa conclusion sur sa détection d'un contaminant de laboratoire.

Mais il y en a plus. Voici un extrait de l'avis de rétractation:

En outre, il existe des preuves d'un mauvais contrôle de la qualité dans un certain nombre d'expériences spécifiques dans le rapport. Figure 1, tableau S1 et fig. S2 ont été rétractés par les auteurs (3). En réponse aux préoccupations exprimées au sujet de la figure 2C [summarized in (4)]les auteurs ont reconnu à Science qu'ils avaient omis des informations importantes de la légende de ce panneau de figures. Plus précisément, ils n'ont pas indiqué que les cellules mononucléaires du sang périphérique (PBMC) dérivées du patient du SFC présentées sur la figure 2C avaient été traitées avec de l'azacytidine ainsi qu'avec de la phytohémagglutinine et de l'interleukine-2. Ceci était en contraste avec les échantillons CFS montrés sur les Fig. 2A et 2B, qui n'avaient pas été traités avec de l'azacytidine.

Pourquoi est-ce important? L'azacytidine est un produit chimique qui active les rétrovirus, ce qui signifie que les cellules dérivées du SFC ont été traitées avec un produit chimique pour faire ressortir leurs rétrovirus alors que les cellules témoins ne l'ont pas été. C'est une fraude scientifique, en ce qui me concerne.

C'est la fin de l'histoire d'un point de vue scientifique, mais seulement le début de l'histoire de la théorie du complot. Je note également que le mouvement antivaccin a sauté sur l'histoire du XMRV lorsque le propagandiste antivax (à l'époque) David Kirby a lié le XMRV à l'autisme dans un article spéculatif sans preuves publié dans The Huffington Post peu de temps après l'article de Mikovits dans 2009, «L'autisme est-il associé à une infection virale?» (désormais supprimé mais conservé grâce à la toute puissante Wayback Machine). Dans ce document, Mikovits spéculait:

"Sur cette note, si je peux spéculer un peu", at-elle dit, "Cela pourrait même expliquer pourquoi les vaccins conduiraient à l'autisme chez certains enfants, parce que ces virus vivent et se divisent et se développent dans les lymphocytes – les les cellules de réponse immunitaire, les cellules B et T. Ainsi, lorsque vous donnez un vaccin, vous envoyez vos cellules B et T de votre système immunitaire en surcharge. C’est son travail. Eh bien, si vous hébergez un virus et que vous le reproduisez tout un tas, vous avez maintenant rompu l'équilibre entre la réponse immunitaire et le virus. Vous avez donc eu le virus sous-jacent, puis vous l'avez amplifié avec ce vaccin, puis déclenché la maladie, de sorte que votre système immunitaire ne pouvait plus contrôler d'autres infections et a créé une déficience immunitaire. »

Voilà donc une explication possible de l'autisme régressif dans un nombre important de cas associés à la dérégulation du système immunitaire déclenchée par la vaccination.

Mikovits était donc antivaccin même à l'époque.

Une théorie du complot est née

Au début de son interview pour Plandémique Mikovits décrit son arrestation et la décrit comme une fausse arrestation sans autre raison que de la faire taire. Naturellement, Willis mène cette partie de l'histoire, et, compte tenu du contexte que j'ai raconté, vous vous demandez probablement: de quoi s'agit-il? Sans surprise, après que le papier de Mikovits Science a été rétracté, elle a été licenciée. Puis c'est arrivé:

Un peu plus d'un mois après le licenciement de Mikovits, le Whittemore Peterson Institute for Neuro-Immune Disease (WPI) a intenté un procès le 4 novembre contre son ancien directeur de recherche. Selon WPI, après la fermeture de Mikovits le 29 septembre, elle a retiré à tort les cahiers de laboratoire et a conservé d'autres informations exclusives sur son ordinateur portable et sur des lecteurs flash et sur un compte de messagerie électronique personnel. WPI, une organisation à but non lucratif basée sur le campus de l'Université du Nevada, Reno, a également remporté une ordonnance d'interdiction temporaire qui interdit à Mikovits de "détruire, supprimer ou modifier" les fichiers ou données associés.

L'avocate de Mikovits, Lois Hart, a déclaré que son client ne pouvait pas parler de l'affaire aux médias, mais elle nie fermement tout acte répréhensible. Dans un e-mail à ScienceInsider, Hart a souligné que «Dr. L'intégrité de Mikovits va jusqu'aux os. »

Fondamentalement, le Whittemore-Peterson Institute a signalé qu'un certain nombre de cahiers de laboratoire de Mikovits, ainsi que des lecteurs flash contenant des années de données de recherche, avaient été trouvés manquants après son licenciement, notant qu'elle avait la seule clé pour le bureau verrouillé dans lequel ils étaient rangés. (Son contrat stipulait que les cahiers de laboratoire et les données devaient rester avec l'institut si elle quittait son emploi, une clause quasi universelle dans ces contrats de travail avec des sociétés et des organisations à but non lucratif faisant des recherches.) L'avocat de Mikovits a répliqué que plusieurs personnes avaient les clés de son bureau et laboratoire, bien que, visiblement, je n'ai vu aucune mention de quelqu'un d'autre ayant une clé du bureau. Quelques jours plus tard, Mikovits a été arrêté pour vol. Finalement, les accusations criminelles ont été rejetées. Pour compliquer les choses, le juge qui supervisait initialement l'affaire civile avait reçu des dons de campagne de Harvey Whittemore, cofondateur de WPI, qui a lui-même été accusé au criminel de contributions illégales à un fonctionnaire fédéral. Cette partie n'a certainement pas aidé à nourrir une théorie du complot.

Idéalement, Willis et Mikovits omettent certaines informations clés. Par exemple, un assistant de recherche du nom de Max Pfost, qui séjournait également chez Mikovits, a fourni un affidavit sous serment détaillant sa complicité à voler les cahiers et à les remettre au Dr Mikovits. Cet affidavit était à la base des mandats, délivrés par le tribunal de Reno dans le comté de Washoe, pour fouiller son domicile et l'arrêter. Cela vaut la peine d'être lu en entier. Fondamentalement, il a déclaré que Mikovits lui avait demandé de récupérer les cahiers et les lecteurs et qu'il l'avait fait. Une autre chercheuse nommée Amanda McKenzie a également fourni un affidavit sous serment dans lequel elle atteste que Mikovits lui a demandé de retirer des échantillons de laboratoire et d'autres documents et de les remettre à l'un de ses co-auteurs, mais qu'elle a refusé.

Aussi, contrairement à l'affirmation de Mikovits dans Plandemic selon laquelle elle a été arrêtée sans mandat, emprisonnée sans inculpation, il y avait des mandats délivrés par l'Université du Nevada au département de police de Reno le 17 novembre 2011. Dr Mikovits a été arrêtée à son domicile le 18 novembre 2011 et inculpée de deux crimes: 1. possession de biens volés et 2. capture illégale de données informatiques, de matériel, de fournitures ou d'autres biens liés à l'ordinateur. Elle a été détenue sans caution pendant 5 jours dans l'attente de sa mise en accusation et de son audition sur l'extradition vers le Nevada sur des accusations de crime après que les cahiers de laboratoire, l'ordinateur et d'autres articles appartenant à WPI ont été récupérés chez elle après la perquisition. Les accusations criminelles ont été par la suite rejetées sans préjudice en attendant l'issue du procès civil contre le Dr Mikovits pour les pertes liées aux cahiers volés mais récupérés.

C'est une histoire très différente de celle racontée dans Plandemic . Malgré tout, ainsi est née une théorie du complot, que Mikovits traite depuis au moins 2011. Avec la pandémie de COVID-19, Mikovits a trouvé une nouvelle voie vers la proéminence, après avoir posté une vidéo il y a trois semaines disant que nous n'avons pas besoin d'un vaccin contre le coronavirus, après avoir participé à la «campagne Fire Fauci» après avoir affirmé que le Dr Fauci avait saboté ses recherches sur le XMRV:

Also:

In the same video, Mikovits rejected the notion of wearing a mask, since, she claimed, the coronavirus is actually secretly caused by a bad strain of flu shot that was circulating between 2013 and 2015. Masks will help “activate” the virus and reinfect a mask-wearer over and over, she claimed.

“Wearing a mask will kill more people than—this virus is not coughed through the air from healthy people, who are almost certainly immune, as they’ve almost certainly been infected over the last four or five years,” Mikovits said.

Ironically, in a video full of COVID-19 misinformation, it was the ridiculous claim that wearing a mask will kill more people than the virus that got the Plandemic video yanked from YouTube and Facebook.

That bit about the flu vaccine is so nonsensical that even David Kirby, an antivaccine propagandist whose mention is a real blast from the past on this blog, saw through it and posted this on Facebook:

Judy Mikovits et la mère de toutes les théories du complot de COVID-19 – Médecine scientifique judy mikovits et la mere de toutes les theories du complot de covid 19 medecine scientifique

With this background, Mikovits’ claims in the Plandemic video start to make more sense as persecution complex and misinformation based on conspiracy theories. Also, she’s pushing her new book, Plague of Corruption: Restoring Faith in the Promise of Science. You can tell just how far into tinfoil hat territory this book plunges by the fact that she co-wrote it with Kent Heckenlively, a man known for Walter Mitty-like fantasies of heroic action against evil purveyors of vaccines, and that the foreword was written by antivaccine leader Robert F. Kennedy, Jr. Worse, as you will see, this viral video has been highly successful in promoting this conspiracy-fest of a book.

She fits right in, too. After Willis notes that “apparently their attempt to silence you has failed” and asks how she can have the “confidence” to “name names” and “call out these dark forces” without fearing for her life, her response tells me how far down the rabbit hole she’s gone:

Because if we don’t stop this now, we can not only forget our republic and our freedom, but we can forget humanity because we’ll be killed by this agenda.

At this point, Mikovits weaves a conspiracy theory in which Dr. Fauci ordered a coverup of her results, claiming that “everyone was paid off” with “millions of dollars of funding” from Anthony Fauci through the National Institute of Allergy and Infectious Disease (NIAID). Her story is that Dr. Fauci came into her laboratory when Dr. Ruscetti was gone and demanded a copy of the paper they had just submitted documenting the detection of HIV in the saliva and blood of AIDS patients from Luc Montagnier’s group in France. It was a confirmatory study. She then claimed that Fauci screamed at her to give him the paper. Pourquoi? She claims that Fauci had been working with Robert Gallo and that he held up the publication of Ruscetti ‘s paper for several months to allow Robert Gallo to publish his own paper.

As you might imagine, the story sounds very fishy. First of all, there were telephones back then. Making a trans-Atlantic phone call was a possibility! Yes, international calls were expensive in the 1980s, but people made them especially for the government and corporations. There’s no reason why Fauci couldn’t have called Ruscetti, particularly since Mikovits claims that it was several weeks before he came back from overseas. There was even mail. Heck, there was even email back in the mid-1980s for government institutions. (I even had an email account at the University of Michigan in the mid-1980s.) So, why did Fauci supposedly do this, colluding with Robert Gallo and Robert Redfield, who’s now the Director of the CDC? Money and patents, of course! And, of course, she brings in Bill Gates, with his advocacy of vaccines, because antivax grifters gonna grift.

The story doesn’t make sense from a timeline perspective, either. It is true that Robert Gallo falsely took credit for discovering the AIDS virus in 1984 when the virus was actually discovered at the Pasteur Institute in 1983. It’s also true that Gallo did work with Mikovits’ boss Dr. Ruscetti to make some major discoveries in the field of retroviruses in 1980, that same year was the year that Mikovits graduated from college and took a job at the National Cancer Institute in Frank Ruscetti’s lab. As Zachariah Wiedeman asks about Mikovits’ story:

Are we to believe that somehow, fresh out of college, sometime between 1980 and 1983 she was at the forefront of groundbreaking work to isolate and confirm HIV, and that she actually discovered it, then Gallo stole the credit from her, but he also simultaneously stole the credit from the Pasteur Institute where he obtained his sample, that he didn’t actually have, because Mikovits had it. What, the what??

Also, at the time, Dr. Fauci was Chief of the Laboratory of Immunoregulation at the National Institute of Health and wasn’t appointed director of the National Institute of Allergy and Infectious Disease until 1984. Just from Dr. Fauci’s role at the NIH during the time period, Mikovits’ story makes no sense. It defies plausibility that Fauci would even ask a laboratory technician, fresh out of college, for her boss’ unpublished manuscript, much less that he would browbeat her and yell at her when she refused.

Towards the middle of the video, Willis asks Mikovits if she’s antivaccine, which, of course, she denies. After characterizing vaccines as an “immune therapy”, she then goes on to buying into the conspiracy that SARS-CoV-2 (the coronavirus that causes COVID-19) was “manipulated and studied” in a laboratory and then escaped. She then makes the utterly nonsensical claim that if SARS-CoV-2 had evolved naturally it would have taken 800 years. (Seriously, she’s a virologist?) Her difference is that she claims that the virus must have been released somehow between Fort Detrick and the Wuhan laboratory. She even claimed that in 1999 she worked at Fort Detrick in order to “teach Ebola how to infect human cells,” further claiming that Ebola couldn’t infect human cells until it had been “taught” how to do it. Apparently Ebola came from a lab too. Never mind that Ebola was first reported in humans in 1976.

Indeed, the amount of nonsense, misinformation, disinformation, and conspiracy mongering in Mikovits’ response to questions is truly epic. She likens COVID-19 infection to chronic obstructive pulmonary disease (COPD), which is even more nonsensical. She agrees with the conspiracy theory that doctors are being pushed to misclassify deaths due to other causes as due to COVID-19. Willis even included a clip of Dr. Dan Erickson making that claim. You might recall that he and Dr. Artin Massihi made a misinformation-laden video claiming that COVID-19 prevalence was so much higher than estimated and using that estimate to claim that COVID-19 is actually five times less lethal than seasonal flu. I emphasize that, in reality, the case and death count from COVID-19 is grossly underestimated. Why the pressure? Because government reimbursement is higher for a diagnosis of COVID-19, apparently. Basically, all the common conspiracy theories about COVID-19 make an appearance, including the claim that it was the flu vaccine that got it started, but with a spin. Mikovits claims that Italy was hit so hard because the virus for the flu vaccine it used was grown in dog cells and dog cells have a lot of coronavirus. She also cites the bogus claim that the flu vaccine increases your chance of getting COVID-19 by 36%. It doesn’t.

Oh, and hydroxychloroquine makes an appearance, too, because of course it does. Hydroxychloroquine probably doesn’t work, but Mikovits is all-in with conspiracy theories about it.

Mark and Chris Hoofnagle coined a term “crank magnetism”, in which a person who believes in one form of pseudoscience or one conspiracy theory will tend to believe in multiple pseudoscientific beliefs and conspiracy theories. When, late in the video, Mikovits asks why we’re closing beaches because there are “healing microbes in the sand”, I had to stop. There’s just so much idiocy I can tolerate. I’ll give Mikovits credit, though. She somehow instinctively knew just how to make her story go viral by latching on to the right wing campaign to smear Dr. Fauci. As a result, her book is currently #1 on Amazon:

Judy Mikovits et la mère de toutes les théories du complot de COVID-19 – Médecine scientifique  134 judy mikovits et la mere de toutes les theories du complot de covid 19 medecine scientifique

Sadly, as Judy Mikovits demonstrates, the COVID-19 pandemic is drawing cranks and conspiracy theorists like it moths to a light. Chief among them are antivax grifters like Judy Mikovits. She’s so wrong she’s not even wrong, and she’s gone full conspiracy theorist, taking advantage of the COVID-19 pandemic to be reborn as a COVID-19 crank, grifting with her book and a “doctor education” company. Sadly, she’s not alone.



Source link

Author

Write A Comment